Neuromusculaire

La neurostimulation électrique transcutanée est une technique non médicamenteuse et non effractive destinée à soulager la douleur à l’aide d’un courant électrique de faible tension transmis par des électrodes placées sur la peau.

Dans la neurostimulation transcutanée classique, on emploie typiquement un courant électrique de faible voltage dont l’intensité varie de 10 mA (milliampères) à 30 mA. La fréquence des pulsations se situe entre 40 Hz et 150 Hz (Hertz – pulsation par seconde).

Appareil J5 Myo-Monitor

BIEN DANS SES DENTS , BIEN DANS SA TÊTE !

Mon parcours personnel et professionnel m’ont permis de prendre conscience de l’interaction prothétique sur le corps humain. Chaque patient est un concept global. Ce que nous mettons en bouche peut avoir une répercussion positive mais également négative sur l’équilibre humain. C’est pour toutes ces raisons que j’ai cherché à apprendre diverses techniques comme la neuro-musculaire, la posturologie, médecine chinoise et holistique. Les nerfs de la bouche et des dents sont gestionnaires d’une région fort complexe chez l’être humain, une sorte de carrefour où se croisent vie végétative (manger, avaler, respirer) et vie relationnelle (parler). Aujourd’hui nous savons très facilement soulager une dent douloureuse voir la remplacer. Mais ensemble nous allons plus loin dans l’analyse…

Les nerfs des dents renferment à la fois des fibres nerveuses motrices et des fibres nerveuses sensitives. Une situation de stress (aigu ou chronique) à laquelle s’ajoutent des informations inappropriées issues du territoire triguminal (bouche, dents, muscles masticateur, etc) constituant un mélange pathogènes.

Ces nerfs (trijumeau) innervent sur la plan de la motricité, la plupart des muscles sont masticateurs mais également tenseurs du tympan (oreilles moyennes) ou ceux qui servent à actionner la trompe d’Eustache (conduit qui met en communication oreilles et gorge afin d’en égaliser les pressions).

Les nerfs trijumeau recueillent aussi les informations en provenance des petits muscles qui servent à actionner les yeux (muscles oculaires extrinsèques). Le fait de se mêler au fonctionnement de l’oreille et de l’oeil peut rendre compte de certains signes (acouphènes, etc) dont se plaignent certains malades souffrant de dysfonctionnements de l’articulation Temporo-Mandibulaire – SADAM ou DTM

Les contacts ou informations répétitifs des dents du haut sur les dents du bas (du type serment-grincement des dents fort ou contacts occlusaux mal équilibrés) peuvent avoir de grande répercussion sur la santé des patients.

Ces informations dentaires sont susceptibles de dérégler le fonctionnement des structures nerveuses proches : 

  • cortex cerebral
  • thalamus
  • hypothalamus = boulimie, anorexie, soif, température du corps, fuite urinaires
  • colliculus sup = fixation de la vue
  • cervelet = vertige, noyaux vestibulaires
  • moelle epinière = contractures musculaire douloureuse, épaule, bras, dos

Maintenant, vous ne pourrez plus dire je ne savais pas…

Nous connaissons l’importance d’une équilibration occlusale faite le jour de la pose de la prothèse (et pas une semaine après !) Il est primordial que le patient ressente la même pression égale de serrement des dents sur le coté gauche et sur le côté droit.

A méditer !!

Vous laissez votre enfant avec une prémolaire inférieure poussé en dehors des dents du haut, vous risquez de le voir se développer avec une colonne vertébrale tordue (scoliose idiopathique)

On connait le rôle des nerfs trijumeau, innervant les méninges, dans la migraine en particulier lorsque des informations inappropriées issues du territoire trigéminale parviennent au cerveau. Les possibles répercussions néfastes sur la posture, la phonation ou la respiration ont fait l’objet d’études cliniques au Japon, des études statistiques à grande échelle dans la population humaine, on a comparé un groupe témoin de 15 000 personnes possédant leurs molaires, avec un autre groupe (15 000 sujets) avec des molaires absentes non remplacées.

Chez ce dernier on observe un pourcentage écrasant d’état psychiques pathologiques précurseurs de maladie mentales graves (démence sénile et Alzheimer). Au Japon, une étude avait prouvée l’extraction de molaires non remplacées et la luxation de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM) et parmi ces patients ceux qui serraient les dents certains d’entre eux ont subi une diminution de la circulation sanguine au niveau du cerveau.

Dr CLAYTON ChanAcadémie américaine des douleurs de la tête, du cou et du visage

Académie américaine de gestion de la douleur

Le Dr Clayton Chan traite dans son cabinet des patients atteints de dysfonctionnement cranio-mandibulaire, de douleur cranio-faciale et de dysfonctions cervico-cranomandibulaires / neurovasomusculaires associées.

Le Dr Chan traite ses patients du point de vue de la résolution du problème plutôt que de la concentration sur les symptômes.

Qu’est-ce que la dentisterie neuromusculaire ?

Souffrez-vous de troubles temporo-mandibulaires ?